Kerbéros

Logo_chien_seulLoin des sonorités électriques, le timbre inimitable du binioù-kozh s’élève au beau milieu de la foule. La bombarde rejoint l’appel, invitant à tendre l’oreille. Les doigts des deux compères s’agitent frénétiquement, préparant la ronde à venir. Les danseurs se raniment, attendent le signal du troisième larron et lorsqu’enfin les premiers coups font vibrer la peau du tambour, les jambes fébriles se laissent envahir par le feu de la danse.

Depuis toujours, la musique traditionnelle est tout sauf figée. Se transmettant leur répertoire les uns aux autres (se le chapardant parfois), les sonneurs d’avant Internet, ceux d’avant le magnétophone et le phonographe, se laissaient aussi de bon gré influencer par le si peu qu’ils pouvaient entendre des musiques « étrangères » – si tant est que ce mot ait un sens. Qu’il vienne du grand-père, de l’imagination d’un confrère éloigné, où de la dernière mode de Paris, chaque thème est digéré, décortiqué, trafiqué… pour être au final restitué de manière à ce qu’il corresponde à telle danse, à telle façon locale d’interpréter : le fameux « style ».

Pour s’imprégner de ce « style » auquel nous tenons tant, les « porteurs de tradition » se faisant rares, les sonneurs de notre génération s’appuient de plus en plus sur les enregistrements effectués au cours du XXème siècle dans toute la Bretagne. Dans ce cas, pourrait-on nous demander : pourquoi uniquement 5 départements ? Vous qui ne vous gênez pas pour transformer une gwerz en thème de gavotte, une complainte berrichonne ne ferait-elle pas aussi bien l’affaire ? Question épineuse… ou pas.

Cette question, nous avons choisi de ne pas nous la poser. Vers les origines historiques des hautbois et des cornemuses, nous suivons bords de la Méditerranée, remontant la Mer Noire, le Caucase, les plaines d’Asie Centrale, voire plus loin… L’accès quasi-illimité aux banques de données de collectages du monde entier, nous offre aujourd’hui cette liberté : notre façon à nous d’appréhender l’ère du numérique, dans la continuité de nos prédécesseurs.

Bombarde – Binioù – Tambour